Le syndrome de l’objet brillant touche la plupart des jeunes entrepreneurs.

Lorsque l’on débute un projet entrepreneurial, on se retrouve confronté à des choses complètement inhabituelles, que cela soit au niveau des émotions, ou des problématiques nouvelles.

On essaie de se rassurer comme on peut dans un monde qui au départ, nous est complètement inconnu.

Le cerveau humain développe un certain nombre de réflexes naturels.

Vous allez aussi vous (re) découvrir dans votre façon de réagir face à certaines situations. Vous allez aussi développer des capacités insoupçonnées.

Et puis il y a aussi ce qu’on appelle des « syndromes » qui vont soudainement apparaître.

Parmi ces différents syndromes, il y a le syndrome de l’objet brillant.

Dans cet article, je vais vous expliquer comment éviter le syndrome de l’objet brillant quand on entreprend.

Le syndrome de l’objet brillant, c’est quoi ?

 

On parle d’objet « brillant » car c’est une chose qui nous éblouit, qui nous fait rêver, sur qui on mise beaucoup de choses.

C’est une chose également sur laquelle on a beaucoup de mal à résister tellement cela paraît attrayant.

Le syndrome de l’objet brillant, c’est d’être constamment attiré par les nouveautés qui nous passent sous le nez et nous détournent loin de nos objectifs premiers.

On veut toujours connaître le dernier outil à la mode ou encore la dernière stratégie marketing.

On pense souvent que cette nouveauté va venir sauver notre business qui cela dit se porte peut-être très bien.

En tant que jeune entrepreneur, ce syndrome s’exprime davantage au niveau de l’achat de formations.

En effet aujourd’hui, avec le développement des formations en ligne, il est tellement facile de se laisser aller à la tentation et surtout avec les facilités de financement notamment grâce au CPF.

On pense à tort que la réussite dépend de paramètres externes et cela nous empêche de nous questionner sur le fond.

Pourquoi le syndrome de l’objet brillant touche les entrepreneurs ?

 

Ce n’est pas toujours facile de lutter contre ce syndrome puisque bien souvent, il résulte de certaines de nos peurs ou de nos croyances.

Il y a plusieurs raisons à cela.

# Le manque de confiance en soi

 

Le syndrome de l’objet brillant est assez révélateur d’un manque de confiance en soi.

Lorsque l’on sort de quelques années de salariat, on se retrouve lâché dans la nature et personne n’est là pour nous aider à prendre des décisions. Avoir une posture de décisionnaire n’est pas toujours inné.

Il nous manque parfois la confiance pour maintenir un cap et rester focus sur nos objectifs.

Comme l’on doute de nos capacités, dès que l’on voit passer une formation ou un outil révolutionnaire, on va sauter dessus car on va se dire que c’est grâce à cela que l’on va réussir.

C’est- a dire que l’on se sous-estime nous seul, dans nos capacités de nous en sortir.

On va constamment douter et donc on va essayer de partir à la recherche de tout ce qui pourrait nous conforter dans nos décisions ou qui pourrait répondre à certaines peurs.

# Le besoin d’appartenance

 

Encore une fois, ce qui est difficile dans les débuts de l’entrepreneuriat, c’est la solitude.

Quand on a eu l’habitude d’avancer dans un collectif et d’être managé, ce n’est pas évident de se retrouver seul du jour au lendemain.

D’autant plus que si dans notre entourage il n’y a aucune personne qui est entrepreneur, on ne va pas pouvoir se confier et partager ses doutes et ses difficultés.

Intégrer une formation, c’est intégrer un groupe de personnes, une communauté qui partagent les mêmes ambitions et aussi les mêmes « galères ».

On se sent alors beaucoup moins seul et on retrouve une « place », un statut.

La plupart des formations offrent la possibilité d’intégrer des groupes privés dans lesquels il est possible d’échanger avec les membres de façon illimitée.

Il arrive donc que cet argument seul, nous fasse acheter la formation. Et pour preuves, certaines fois, on ne regarde même pas les modules de la formation.

besoin-d-appartenance

# La procrastination

 

La procrastination est un vrai fléau pour toutes les personnes qui débutent un projet entrepreneurial. On va devoir faire des choses désagréables et qui font bouillonner notre cerveau comme jamais. D’ailleurs, j’avais écrit un précédent article sur comment vaincre la procrastination.

La vie d’un jeune entrepreneur n’est pas toujours fun et son niveau de concentration et de réflexion sont au plus haut.

Il est vrai que c’est beaucoup plus cool de s’installer confortablement sur son canapé, écouteurs dans les oreilles et visionnage de vidéo toute la journée plutôt que de rédiger ses conditions générales de vente.

Le manque de motivation pour certaines tâches, favorise considérablement le phénomène du syndrome de l’objet brillant.

Comment éviter le syndrome de l’objet brillant ?

 

Il n’est pas impossible de lutter contre le syndrome de l’objet brillant mais il faudra tout de même se faire violence.

On peut essayer de prendre du recul et se poser les bonnes questions.

# Définir des objectifs précis

 

Rien de pire que d’avancer dans son projet entrepreneurial sans avoir défini des objectifs et sans avoir établi un plan d’action.

Il est très important pour un entrepreneur d’avoir une vision sur le court, moyen et long terme. Chaque action doit répondre à un objectif précis.

Il n’est pas viable de diriger une entreprise sans savoir où on va.

J’avais notamment évoqué dans un précédent article la méthode des objectifs SMART.

C’est beaucoup plus facile de passer à l’action lorsque l’on est en mesure de comprendre pourquoi et de visualiser le résultat.

Dès lors, lorsqu’une formation vous passera sous le nez, vous pourrez vous demander si cela vous permet ou non de répondre à vos objectifs.

# Se créer un réseau

 

Une autre manière très efficace de lutter contre le syndrome de l’objet brillant, c’est de se créer un réseau d’entrepreneurs qui débutent ou plus avancés afin d’échanger sur les difficultés, d’avoir des avis extérieurs sur certaines décisions, prendre un peu de recul.

Avoir une oreille attentive peut énormément vous aider et vous éviter de perdre du temps et de l’argent.

Avec le développement des outils numériques et des réseaux sociaux, il est très facile aujourd’hui de se constituer rapidement un réseau.

Surtout lorsque l’on est maman entrepreneure, on peut notamment intégrer des groupes Facebook.

# Se laisser du temps

 

L’autre problème majeur des entrepreneurs en herbe, c’est le fait d’être impatient et d’avoir envie de réussir rapidement et sans trop de mal.

Dans l’époque où l’on étale sa réussite sur les réseaux sociaux, les notions de temps et de travail sont un peu biaisées.

L’entrepreneuriat à changer d’époque. Avant un entrepreneur devait faire ses preuves quelques années avant de se faire une réputation alors qu’aujourd’hui vous pouvez atteindre le succès en moins d’un an.

Donc forcément que lorsque l’on met en place des stratégies, on s’en fait vite une conclusion hâtive et au bout d’une semaine, on a envie de changer.

Si on ne se laisse pas le temps au temps, forcément on va faire des choix dans la frustration et la précipitation.

Nos désirs peuvent donc influencer sur l’achat d’une formation ou d’un outil qui pourrait éventuellement nous faire aller vers un palier supérieur plus rapidement.

 

Ainsi, on se rend compte que le syndrome de l’objet brillant n’est pas à prendre à la légère lorsque l’on décide d’entreprendre.

Cela fait très souvent appel à des peurs profondes comme le manque de confiance en soi, la peur de se retrouver seul face à des responsabilités, etc.

La procrastination et le gros effort à mobiliser en début de processus entrepreneurial n’arrangent rien.

Les conséquences de ce syndrome sont nombreuses. Vous commencez beaucoup de choses mais vous n’aboutissez rien en règle générale.

Cela entraîne une situation épuisante et favorise l’abandon rapide du projet entrepreneurial.

Même si l’être humain sera toujours attiré sur ce qui « brille », il est possible de trouver des moyens de lutter, comme le fait d’avoir des objectifs clairs et précis, de s’entourer d’autres entrepreneurs ou encore de se laisser du temps et de se mettre moins de pression face à la réussite.

Et vous, dites- moi si vous avez déjà été victime du syndrome de l’objet brillant et quels ont été les conséquences ?

Si vous avez aimé l'article vous être libre de le partager :)
%d blogueurs aiment cette page :